Policeman dans l'embarras

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Policeman dans l'embarras

Message par Docteur Watson le Dim 18 Juil - 17:52

Watson s'était toujours demandé comment Holmes faisait pour boire du café brulant aussi vite. Toutes les fois où il avait lui-même essayé s'étaient conclues par une semaine de douleur au palais. Il termina donc le sien tant bien que mal et suivit son "high-speeded friend" jusqu'à Baker Street, après avoir pris le temps, tout de même, d'embrasser son épouse.
Ils arrivèrent à la de Mrs Hudson au 22, adresse que Watson connaissait bien pour y avoir longtemps vécu en colocation avec son singulier compagnon. Lorsqu'ils entrèrent, Holmes avait déjà ouvert, ils croisèrent la propriétaire des lieux à laquelle Watson voulait faire ses hommages, il dit en la voyant :


Docteur Watson: " Mrs Hudson, quelle joie de vous revoir ! J'espère que ce filou ne vous cause pas trop de soucis depuis que je ne suis plus là pour le surveiller. "

Elle lui tendit la main qu'il baisa avec une guillerette légèreté.

[A vous d'enchainer cher ami Smile ]


Dernière édition par Docteur Watson le Mer 4 Aoû - 12:08, édité 1 fois

Docteur Watson

Messages : 13
Date d'inscription : 16/05/2010

My Skin
Where Am I ?: Historique : XIX : Sherlock Holmes Adventures
&: Home sweet home
Pour RP avec moi:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Policeman dans l'embarras

Message par Sherlock Holmes le Sam 31 Juil - 20:35

    Sherlock se tenait tout guilleret alors qu'il marchait aux côtés de son compagnon de toujours - ou quasi ! - vers l'immeuble qui les avait abrités tous deux. Il ne dit rien sur le chemin, mais son léger sourire en disait long. On ne savait trop si c'était de simplement retrouver Watson, de flairer une future enquête, ou la conjugaison des deux, mais il se sentait comblé. Rien à voir avec ces cinq jours passés dans le noir le plus total : celui de sa chambre et de son esprit. Peut-être que nos temps modernes auraient qualifié Holmes de bipolaire... Mais lors de la période qui nous occupe, on le qualifiait juste d'original !

    Il s'engouffra avec une vitesse étonnante dans son antre et passa sous le nez de Mrs Hudson en lui disant :


    - Et voilà le prodigue médecin de retour parmi nous... Je l'ai emprunté à sa chère épouse, vous voyez qu'il ne l'a pas mal pris ?

    Sa logeuse haussa les sourcils et eut un murmure désapprobateur. Elle offrit un tout autre visage à Watson, lorsqu'il lui fit un baise main à l'anglaise. Elle tenta de répondre à son interlocuteur :

    - C'est que voyez-vous, mon cher docteur, il n'était pas vraiment dans son ass...

    Sherlock fit quelques pas en arrière dans l'escalier et haussa le ton pour couvrir Mrs Hudson :

    - Je vous dispense de vos manières de cancanière Mrs Hudson, n'allez pas importuner le docteur avec mon état de santé qui comme vous le voyez, n'a jamais été aussi radieux.

    Il ponctua son discours d'un grand sourire et entraîna Watson dans l'appartement. Il eut été difficile de savoir si ses paroles envers Mrs Hudson avaient seulement pour but de la contrarier, comme à l'habitude, où s'il ne désirait pas que Watson apprit ses longs errements sous cocaïne. Toujours est-il qu'en son absence, la gouvernante avait fait le ménage. La pièce était plutôt claire. Toutefois, le coffret avec la seringue qui lui servait à s'injecter sa drogue était encore ouvert. Il le referma en entrant, d'un seul geste élancé et se laissa tomber dans un fauteuil.

    - Voici, Watson, le moment de l'attente. Nous verrons bientôt le petit nez pointu de l'inspecteur, qui viendra jusqu'ici nous dire ô combien son enquête avance bien. Car c'est toujours pas pure générosité qu'il nous convie à l'épauler. Cet homme a un côté sociable on ne peut plus exacerbé.

Sherlock Holmes

Messages : 15
Date d'inscription : 23/04/2010

My Skin
Where Am I ?: Historique : XIX : Sherlock Holmes Adventures
&:
Pour RP avec moi: Free

Revenir en haut Aller en bas

Re: Policeman dans l'embarras

Message par Docteur Watson le Mer 4 Aoû - 12:08

Watson était accoutumé aux manières énergiques de son compagnon et retrouver cette énergie, bien qu’elle fût une des choses qui lui avait fait fuir son commerce, était délicieusement nostalgique. Il ne voulait pas tout-à-fait se l’avouer, car cette pensée eût été inconvenante, mais être ainsi arraché à son confort bourgeois ne lui était pas entièrement désagréable.

Il se laissa entrainer par Holmes jusque dans l’appartement, sans même avoir eu le temps pour échanger un mot sur la cueillette des pâquerettes avec Mrs Hudson. Il n’avait pas coutume de lui résister dans ces moments là. D’une manière générale Watson ne lui livrait que rarement une résistance qui restait exclusivement symbolique, son ami étant, de toutes les façons, irrésistible.

Le petit geste de fermeture de la boîte à opium, bien que suffisamment rapide pour ne pas lui permettre de voir exactement de quoi il s’agissait, n’échappa pas à Watson. Il connaissait les travers de son ami et fronça le sourcil mais il n’était guère d’humeur à lui faire la morale. Il se contenta d’observer l’aspect quelque peu défraichi de la pièce en dépit du ménage vaillamment accompli par Mrs Hudson. Il n’avait pas besoin d’être Sherlock Holmes (ou Barnaby, ou Derrick, ou Nicolas le Floch selon les références) pour deviner que l’endroit n’avait pas vu la lumière depuis plusieurs semaines. Il commença à en faire lentement le tour sous le regard de son compagnon. Il éprouvait avec le bout de sa canne une cloque dans le papier peint lorsque les dernières paroles de Holmes le firent lever le sourcil. Il se retourna vers lui et dit :

Watson : " Qu’il "nous" convie ? Mon cher que les choses soient bien claires : je ne m’aventurerais plus avec vous dans des enquêtes abracadabrantes et périlleuses. Je suis ici pour saluer Mrs Hudson, ce qui est fait, et vous confier à l’inspecteur Lestrade… Ou plutôt l’inverse… Moi je suis un homme marié et heureux, je n’ai plus le temps ni la force et encore moins le désir de partir à l’aventure comme autrefois. "

Inutile de préciser, mais nous le ferons tout de même, que tout cela ressemblait à une séance d’auto-persuasion. Si Watson ne faisait pas la morale à Holmes, c’était bien à lui-même qu’il était en train de la faire.


Dernière édition par Docteur Watson le Mer 15 Aoû - 14:34, édité 2 fois

Docteur Watson

Messages : 13
Date d'inscription : 16/05/2010

My Skin
Where Am I ?: Historique : XIX : Sherlock Holmes Adventures
&: Home sweet home
Pour RP avec moi:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Policeman dans l'embarras

Message par Sherlock Holmes le Jeu 5 Aoû - 19:55

    [On aime se faire prier, n'est-ce pas ? Razz]

    Toujours installé dans son fauteuil, élimé sur les accoudoirs, Holmes posait un regard acéré sur les petites manières de son ami, alors qu'il lui débitait son discours bien préparé. Il reconnaissait bien là le personnage, avec ses allures pantouflardes, son esprit profondément raisonnable, le tout teinté par une pointe d'orgueil. Il se composa un masque parfaitement impassible, car il savait très bien qu'il ne servait à rien d'essayer de le convaincre. Ce bon docteur se laisserait convaincre tout seul, dès que son esprit serait titillé par autre chose que son ronronnant ménage. Il finit par regarder ailleurs et dit, nonchalamment :

    - Voyons Watson, vous connaissez mon égocentrisme démesuré. C'était un nous tout emprunt de majesté, un nous de circonstances, bref, un nous qui voulait dire moi. N'oubliez pas que Lestrade viendra frapper à *ma* porte et non à la vôtre...

    Cela l'amusait beaucoup de faire mariner son compagnon d'enquête, tant il savait que ce dernier ne pouvait pas résister à un mystère. Il comptait bien sur les manières pompeuses de l'inspecteur pour lancer la machine. Sherlock continua, presque pour lui seul :

    - Cependant, je ne sais pas comment vous faîtes mon cher, l'aventure c'est toute ma vie et vous savez combien je dépéris lorsqu'elle s'envole loin de moi. Alors imaginer vos dimanches me fait frémir... Enfin passons, j'entends des bruits dans l'escalier, et on reconnaît bien là le pas volontaire de ce bon vieux Lestrade !

    En effet, quelques secondes plus tard, on frappait à la porte. "Entrez", fit Holmes, et la mine de fouine de celui qu'on attendait tant vint s'inscrire dans l'encadrement. Il était seul, ayant certainement laissé ses larbins au rez de chaussée. Il n'aimait pas qu'on soit le témoin de ses appels désespérés. Holmes ne bougea pas de son fauteuil, déterminé à ne pas lui mâcher le travail. Il eut un demi sourire :

    - Bien le bonjour Inspecteur. Quel bon vent vous mène vers mes pénates ? Une visite de courtoisie, je suppose ?

    Lestrade jeta un regard qui en disait long vers le détective, mais gratifia d'un petit salut plus amical Watson. Il finit par lâcher, comme si cela lui écorchait la bouche :

    - Je suis venu vous parler d'une affaire.Une affaire très sérieuse, se sentit-il obligé d'ajouter. Nous avons certaines pistes, certes, mais vous connaissez mon point de vue, quelques esprits de plus ne font pas de mal à une enquête.

    Holmes haussa les sourcils, l'air étonné. Non, il ne connaissait pas ce point de vue... D'ailleurs, il était persuadé que trop de réflexions diverses ne donnaient jamais rien de bon, qu'il valait mieux être la plus petite équipe possible, afin de ne rien déformer. Il se garda de l'expliquer à l'inspecteur et répondit :

    - Votre discours me passionne déjà Lestrade. Alors, cette affaire ? Vous savez que vous pouvez être libre de parler devant le docteur, vous comprenez, je ne peux le chasser après lui avoir promis qu'il resterait dîner.

    Pur mensonge, mais il savourait déjà l'indignation qui ne manquerait pas de se peindre sur le visage de Watson. Lestrade leur rapporta d'abord les faits qu'ils avaient lus dans le Times : Trois corps retrouvés, cette semaine, et un quatrième dans la matinée ; la femme de ménage, l'étudiant en médecine, le séminariste et une dame plutôt âgée, dernière victime en date. Exsangues, tous les quatre, bien entendu. Il se lança dans l'explication de la thèse de l'animal sauvage, mais on voyait bien que l'inspecteur lui-même n'y croyait pas. Il s'agissait là d'une simple hypothèse, que les faits ne semblaient pas corroborer, afin de calmer la population.
    Sherlock écoutait attentivement. Lorsque Lestrade s'interrompit, il fit :


    - Et ce que vous ne nous dîtes pas Inspecteur, ce sont que certains cadavres, voire tous, ont des marques similaires. J'imagine qu'elles se situent près des artères principales ?

Sherlock Holmes

Messages : 15
Date d'inscription : 23/04/2010

My Skin
Where Am I ?: Historique : XIX : Sherlock Holmes Adventures
&:
Pour RP avec moi: Free

Revenir en haut Aller en bas

Re: Policeman dans l'embarras

Message par Docteur Watson le Jeu 12 Aoû - 0:01

Watson était en train de formuler mentalement un début de réponse qui ressemblait à peu près à : " Mes dimanches me conviennent parfaitement... " lorsque les pas de l'inspecteur Lestrade se firent entendre dans l'escalier. Encore une fois son ami avait vu juste : le limier de Scotland Yard venait quémander de l'aide du plus brillant esprit de Londres.
Il rendit à l'inspecteur son salut d'un léger mouvement de tête et écouta attentivement son récit en dépit de son soi-disant désir de ne prendre part à rien de tout cela. Il résolut de ne rien dire pour l'instant, laissant Holmes racler, dégrossir puis tamiser le discours policier pour en extraire les éléments pertinents. Il s'amusa de voir qu'en dépit de toutes ces années à le regarder travailler, Lestrade pût encore avoir cette expression de candeur étonnée lorsque Holmes lui sortait une observation issue des spéculations de son cerveau supérieur.
A la réflexion de Holmes, Lestrade répondit :


Lestrade : " C'est exact. La femme de chambre a deux traces au cou, sur chaque bras et sur une cuisse. L'étudiant en médecine en a des similaires sauf qu'il n'en a pas au bras. Le séminariste n'en a qu'au cou, deux marques bien distinctes dont l'une est plus grosse et plus creusée que l'autre.
Mais comment avez-vous su ? La presse n'évoque rien à ce sujet. "


Watson ne parvint plus à réprimer son sourire. Lestrade ne pouvait offrir à Holmes meilleure introduction pour exprimer son talent.

Docteur Watson

Messages : 13
Date d'inscription : 16/05/2010

My Skin
Where Am I ?: Historique : XIX : Sherlock Holmes Adventures
&: Home sweet home
Pour RP avec moi:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Policeman dans l'embarras

Message par Sherlock Holmes le Lun 16 Aoû - 18:19

    Quant à lui, Holmes prit garde de ne pas laisser poindre le rictus qui naissait sur ses lèvres. Il jeta un rapide coup d'oeil, entendu, au docteur et reposa ses yeux de félin sur Lestrade. Il prit une légère inspiration et se composa un ton de professeur, comme s'il était face à un élève particulièrement obtus, mais qu'il ne fallait pas vexer :

    - Voyons mon cher Lestrade, la presse en dit bien assez. Elle parle de corps complètement exsangues... Or, si je ne m'abuse, le sang s'évapore rarement, j'ai donc simplement supposé qu'il avait fallu qu'il sorte par une quelconque blessure. Et vu que nous avons affaire à des crimes liés entre eux, j'en ai déduit que les blessures étaient certainement similaires. Rien de bien sorcier en somme !

    L'inspecteur eut une petite moue agacée et marmonna dans sa moustache :

    - Hum je vois...

    Le détective ne lui laissa pas le loisir de continuer, si fin il y avait à cet embryon de phrase. Il reprit :

    - Maintenant, j'aimerais que vous confirmiez cela : la scène de crime de ce pauvre séminariste comporte une mise en scène religieuse n'est-ce pas ? Je dirais mieux, quelque chose qui évoque un rituel ?

Sherlock Holmes

Messages : 15
Date d'inscription : 23/04/2010

My Skin
Where Am I ?: Historique : XIX : Sherlock Holmes Adventures
&:
Pour RP avec moi: Free

Revenir en haut Aller en bas

Re: Policeman dans l'embarras

Message par Docteur Watson le Mer 15 Sep - 16:02

Lestrade se gratta l'arrière de la tête, comme si ses doigts pouvaient l'aider à y trouver des réponses aux questions de Holmes. Il dit, un peu hésitant :

Lestrade :" Oui, oui en effet. A présent que vous le dites, on pourrait le voir ainsi... En fait le corps a été retrouvé dans une position pour le moins curieuse. "

Il toussota un peu avant de reprendre, soucieux d'être le plus précis possible :


Lestrade : " Les journaux ont parlé de bras en croix et d'une grotesque histoire de gargouille mais pour dire le vrai il a été retrouvé la tête en bas, les pieds accrochés à une planche de bois. Ses bras étaient largement écartés mais surtout on a retrouvé un papier cloué à la hâte sur la planche, sur laquelle il était écrit à l'encre à peu de chose près :

"Tu quoque mi fili, non dignum est" (*)

Au départ, je pensais que cette position avait simplement permis l'écoulement du sang, mais à la lumière de votre remarque, il pourrait bien plutôt s'agir d'une sorte de rituel. "


Watson qui triturait toujours le papier peint avec sa canne demanda nonchalamment :

Watson : " Comment se nommait ce séminariste ? "

Lestrades : " Ce malheureux s'appelait Peter Tasni."

Il tourna timidement son regard vers Holmes qui l'écoutait. Il lui dit :

Lestrades : " Alors monsieur Holmes, cela vous éclaire-t-il en quelque façon ? Puis-je compter sur votre concours ? "

Le bon vouloir du maître était attendu. Bien sûr il se proposait naturellement, mais une demande peut toujours essuyer un refus.

(*) C'est du mauvais Latin, ça veut dire "Toi aussi mon fils, tu n'en es pas digne" (on fait avec les connaissances que l'on a Razz )


Dernière édition par Docteur Watson le Jeu 7 Oct - 18:55, édité 1 fois

Docteur Watson

Messages : 13
Date d'inscription : 16/05/2010

My Skin
Where Am I ?: Historique : XIX : Sherlock Holmes Adventures
&: Home sweet home
Pour RP avec moi:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Policeman dans l'embarras

Message par Sherlock Holmes le Mar 5 Oct - 20:31

    Holmes sourit pensivement à l'écoute de Lestrade. Il était à la fois surpris et satisfait de constater que sous cette vieille caboche d'inspecteur, les rouages du cerveau n'était en rien rouillés. Dès qu'il avait entendu parler des corps exsangues, il avait émis plusieurs hypothèses quant à la façon de vider les victimes de leur sang. Il était donc clair qu'elles avaient été mises la tête en bas afin que le flux naturel puisse s'écouler par les veines principales. Et ce, alors que les malheureux agonisaient encore. Il était beaucoup plus compliqué de faire une telle chose post mortem, étant donné que le coeur encore vivace aidait à pousser le sang en dehors d'une artère tranchée. Une fois arrêté, c'était une autre histoire...

    Le détective garda pour lui cette déduction mais confirma les dires de Lestrade :


    - Je pense que votre idée n'est pas à mettre de côté. Toutefois, l'aspect de cette mise en scène est à conserver en mémoire. Dans cette mascarade gît la clef de cette énigme et à nous de la retrouver. La piste du sang est importante, il faut la suivre...

    Car justement, il n'y avait pas de sang. Il avait donc fallu le recueillir puis le transporter. Un corps humain contenait environ 5 litres de ce précieux nectar et on avait déjà cinq victimes sur les bras.
    Holmes, une fois encore, laissa son hypothèse grandir au fond de son esprit tortueux avant de la délivrer. Il regarda Watson qui s'obstinait à faire mine de ne pas vouloir manger de ce pain là. Malgré tous ses efforts, ce n'était pas bien convaincant et sa curiosité le poussait déjà à poser des questions. Sherlock n'aurait donc pas à beaucoup le supplier... Même s'il ne l'aurait jamais fait ouvertement !

    Lestrade venait par contre de plus ou moins le faire. Holmes tourna ses pupilles perçantes vers l'inspecteur et dit simplement :


    - Vous savez bien que je ne vous refuse jamais rien ! Bien entendu, il est clair pour moi que vous vous en sortez toujours sans mon humble concours et que c'est dans votre grande magnanimité que vous condescendez jusqu'à ma porte.

    Sur cette phrase profondément teintée d'ironie, Holmes ajouta :

    - Le bon docteur et moi-même nous ferons une joie de vous accompagner à la morgue. Pourquoi pas ce soir ? Ce sera bien plus lugubre et exaltant !

Sherlock Holmes

Messages : 15
Date d'inscription : 23/04/2010

My Skin
Where Am I ?: Historique : XIX : Sherlock Holmes Adventures
&:
Pour RP avec moi: Free

Revenir en haut Aller en bas

Re: Policeman dans l'embarras

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 23:28


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum