Chez Watson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chez Watson

Message par Docteur Watson le Dim 16 Mai - 17:46

Il est des jours où tout commence pour le mieux. Réveillé à 7h, levé 7h30 (quelle grasse matinée!). Le doux visage de Mary qui vous sourit. Enfin qui vous souriait car la veille, vers 11h30 (pm) Watson a rejoint sa propre chambre après sa traditionnelle visite à sa malade favorite. Il s'agissait donc là plus d'un souvenir, peut-être le reste d'un rêve plutôt qu'une vision matinale. Bref.

Quelques étirements pour se dégourdir la jambe de l'ankylosement nocturne, courte toilette et le voilà descendu pour le breakfast.
Petit déjeuner, bacon & eggs et coffee. Lecture du "Times", Mary est là, toujours en robe de chambre. Elle sourit et il est heureux. Tout à leur béatitude de jeunes époux, ils se tiennent délicatement la main, du bout des doigts. Le seul but est de sentir la présence de l'autre et l'effleurer suffit. Boire du café ou tremper une biscotte (car il y a aussi des biscottes) n'est pas évident avec une seule main mais qu'importe ! L'important n'est pas d'être impeccable, mais de se sentir deux: on peut donc s'autoriser un léger écart à la classe "so british" et laisser un peu de confiture (il y a aussi de la confiture, de la marmelade pour être précis) vous couler sur la commissure des lèvres.

Ensuite, pour se mettre en forme, une belle promenade par une belle matinée brumeuse au bord de la Tamise comme seule Londres sait en offrir.

Puis, prompt retour "at home" (juste avant la pluie...) quelques heures d'étude dans son bureau (le dernier traité de lord Culpepper sur les parades sexuelles et cannibales des tribus Jorimey en Afrique subéquatoriale est tout à fait passionnant) avant le déjeuner.

Là, de nouveau l'insistant sourire de Mary et lunch plus que délicieux (pour un Anglais), avec les deux mains cette fois-ci. Conversation légère (pas un mot sur les Jorimey), rires fins et distingués jusqu'à ce qu'enfin survienne la bonne gélatine parfum fraise à la menthe pour le dessert.

Une journée qui pouvait donc difficilement commencer mieux que celle-ci, comme celle d'un Anglais vivant une belle vie sereine.

Mais surtout, ce qui couronnait le tout d'une savoureuse félicité: pas une fois jusqu'au déjeuner il n'a pensé à Holmes.


Dernière édition par Docteur Watson le Mer 19 Mai - 0:21, édité 1 fois

Docteur Watson

Messages : 13
Date d'inscription : 16/05/2010

My Skin
Where Am I ?: Historique : XIX : Sherlock Holmes Adventures
&: Home sweet home
Pour RP avec moi:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez Watson

Message par Sherlock Holmes le Mar 18 Mai - 13:40

    Alors qu'on ne pensait pas du tout à lui, Holmes s'avançait à pas presque guillerets vers la demeure des Watson, puisqu'il fallait bien la nommer ainsi... Presque, car ses muscles étaient encore ankylosés à cause de son inactivité des derniers jours et, pour tout avouer, de sa consommation excessive de cocaïne. Il avait donc mal dans tout son corps, mais montrait également un visage quasiment blême et des yeux caves. Toutefois, la petite lueur qui les habitait semblait vouloir lutter et se réveiller d'un instant à l'autre. Pour cela, il lui suffisait de tomber sur une affaire digne d'intérêt...

    Toutefois, le seul intérêt qu'il avait à l'esprit alors était de faire la surprise d'une visite à Watson. Oh, il savait très bien qu'il ne serait pas vraiment le bienvenu mais peu lui importait. Quand Watson était absent de son univers, Sherlock Holmes dépérissait, c'était ainsi. L'inverse n'était pas le cas et il était d'ailleurs certain de retrouver son ami bien portant maintenant qu'il était en ménage. Brrrr... A cette idée, il frémit. En ménage, qu'est-ce que c'était que cette lubie ? Les femmes étaient certes utiles à la bonne tenue de la maison mais n'y avait-il pas Mrs Hudson pour cela ?

    Il lui fallait encore tourner au coin de la rue et il serait dans le cocon de Watson. Paf, le cocon, lorsqu'il apparaîtrait ! Cette idée fit sourire Holmes. Il n'était pas machiavélique d'habitude mais il aimait à ennuyer ce brave docteur depuis qu'il comptait fleurette. Mary n'était pas une rivale, elle n'avait pas son cerveau. Mais elle le gênait, c'était ainsi. A quoi bon avoir une femme à la maison qui se fait du mauvais sang pour vous ? Voilà ce qui allait se passer lors de la prochaine aventure de nos deux larrons. Et à tous les coups, Watson allait rechigner à se lancer dans cette hypothétique barque. Barque que Holmes n'apportait pas d'ailleurs : point d'aventure dans son chapeau pour le moment...

    Tiens, en parlant de ça, il venait les mains vides. Il voyait déjà Watson sourciller à son entrée... Donc il fallait qu'il lui colle quelque chose dans les mains, histoire de lui couper sa réplique. Hum... Il regarda autour de lui. Cette rue était crasseuse, comme toutes celles de Londres. Il y avait un traîne patin, dans un coin, qui vendait des sortes de petites tasses profondément affreuses en fausse porcelaine. Holmes réussit à en acheter 6 pour le prix de deux et on fourra dans un sac à l'allure douteuse son merveilleux achat.

    Quelques minutes plus tard, il sonnait à la porte. Pile au moment où la gelée parfum fraise faisait son entrée au centre de la table...

Sherlock Holmes

Messages : 15
Date d'inscription : 23/04/2010

My Skin
Where Am I ?: Historique : XIX : Sherlock Holmes Adventures
&:
Pour RP avec moi: Free

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez Watson

Message par Docteur Watson le Mer 19 Mai - 0:38

La sonnette qui retentit.

Dans son havre de félicité, Watson se trouvait incapable d'imaginer que quelqu'un sonnant à la porte à cette heure du déjeuner pût être un importun*. La gélatine y était peut-être pour quelque chose, bien que la présence de Mary soit plus probablement la raison de son état de béatitude.

En dehors d'une cuisinière, les Watson n'avaient pas de personnel de maison permanent, ils n'en avaient pas encore les moyens. Il y avait bien une femme de ménage qui passait bien trois fois par semaine, mais pour l'heure elle n'était pas là (elle n'était de toute manière pas chargée d'ouvrir les portes). Ce fut donc Mary qui se chargea d'aller ouvrir la porte. Elle caressa doucement la main de son tendre époux, avec ce décidément ineffaçable sourire et se dirigea vers la porte d'entrée.

Elle fit jouer le loquet et ouvrit la porte. Elle se trouva nez à nez avec le cocaïnomane le plus affuté d'Angleterre, qui était aussi le meilleur ami de son mari. Elle poussa une exclamation de joie:


Mary : " Monsieur Holmes ! Quelle bonne surprise ! Entrez donc !"

Elle l'invita à pénétrer dans l'antre de son mari qui n'avait rien entendu et continuait à savourer sa gélatine avec l'insouciance d'un chérubin.

* un importun de circonstance, on aura compris que Watson adorait Holmes

Docteur Watson

Messages : 13
Date d'inscription : 16/05/2010

My Skin
Where Am I ?: Historique : XIX : Sherlock Holmes Adventures
&: Home sweet home
Pour RP avec moi:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez Watson

Message par Sherlock Holmes le Mer 19 Mai - 13:34

    Il n'eut pas besoin de sonner une seconde fois pour qu'on vienne lui ouvrir. Déjà, la porte dévoilait une silhouette fine et familière. Il s'agissait là d'une femme blonde à la taille menue, habillée avec goût dans la mesure de ses moyens et avec un sourire jusqu'aux oreilles. L'exclamation de joie en plus et Holmes fut déstabilisé. Il avait oublié combien Mary était charmante et combien la voir lui était désagréable. Elle était un élément étranger dans son paysage serein. Il essaya de lui rendre le sourire mais il fit plus une sorte de moue tirant sur la grimace.

    Il s'avança vu qu'on l'invitait à le faire et lui tapota la main, sans pour autant incliner le front vers ses doigts, en disant :

    - Mary, Mary, quel... hum... plaisir de vous trouver là.

    Il avait failli dire : quelle surprise de vous trouver là. Mais il s'était retenu. Elle lui avait souvent témoigné de la sympathie et il essayait de demeurer correct. Enfin, correct selon lui, pas selon Watson, mais ne pinaillons pas sur les détails. Mary, au fond, savait que c'était un excentrique et ne lui tenait jamais trop rigueur de ses frasques...
    Déjà, cette jolie femme lui montrait le chemin de la salle à manger et il vit avec ravissement que son cher ami était attablé. Avant d'entendre une quelconque protestation, Sherlock mis son plan à exécution et fourra dans les bras de Watson son cadeau de dernière minute en disant, d'un ton qui ne souffrait aucun reproche :

    - Tenez mon bon docteur, voici de quoi remplir votre vaisselier, vous qui aimez boire du thé, du café ou tout autre sorte de choses qu'on met dans une tasse...

    Holmes était plutôt du genre bouteille. Les tasses, c'étaient bien trop petit pour sa soif inextinguible.
    Sans attendre qu'on le lui propose, il s'assit à la table, sur une chaise inoccupée (il eut été tentant de prendre celle de Mary mais elle s'était déjà assise à sa place...) et saisit une petite cuiller qu'il enfonça dans la gelée rouge :

    - Voyez-vous Watson, on dit que la gelée éclaircit les idées... Moi je ne trouve pas, mes idées sont obscurcies et le parfum menthe n'arrange rien. A moins qu'on dise cela du café ? Enfin bref, vous vous portez bien à ce que je vois.

    Il replongea sa cuiller dans la gelée et mit le morceau qu'il avait ainsi prélevé sur la soucoupe que lui tendait Mary. Elle était prévoyante : elle ne le reprenait pas, elle parait au plus pressé comme la parfaite femme d'intérieur qu'elle était. Il posa la petite assiette devant lui et regarda en l'air, déjà absorbé par les milliers de détails que dévoilaient l'intérieur de cette maison.



Sherlock Holmes

Messages : 15
Date d'inscription : 23/04/2010

My Skin
Where Am I ?: Historique : XIX : Sherlock Holmes Adventures
&:
Pour RP avec moi: Free

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez Watson

Message par Docteur Watson le Ven 21 Mai - 2:08

Voilà... C'est ainsi que s'achève une belle demi-journée. Watson n'aurait pourtant pas eu idée de se plaindre. Après tout son ami Sherlock avait eu autrefois, du temps de leur cohabitation locative, des inspirations plus matinales (ou plus nocturnes) : la carburation de son cerveau hyperactif n'avait guère d'horaire. Cette absence de régularité était une des raisons, parmi bien d'autres, qui l'avait poussé à se marier promptement pour s'installer avec sa femme.

Il resta plusieurs instants interminables sans bouger avec sa pile de tasses dans les mains, figé comme une statue au milieu d'une tornade. On aurait pu aussi interpréter son air interdit et sa fixité comme l'expression du flegme britannique. Il eut fallu pour cela voir Watson avec les yeux de l'amour, la seule personne présente dans la pièce qui en avait les moyens était Mary, or durant ces instants elle regardait Holmes engloutir la gelée.

Watson papillota un peu des yeux et reprit ses esprits. Il regarda Holmes et hocha légèrement de la tête avant de déclarer:


" On dit en France que la menthe rend amoureux. Vous aurez donc quelque chose à monnayer contre vos idées confuses mon cher. "

Il inspira et contempla la pile de hideuses tasses, fronçant les sourcils pour ne pas grimacer. Il dit :

"Bon. Puisque vous en parlez, nous allons étrenner avec joie ce merveilleux présent.
Ayant attaqué la gelé, vous prendrez bien une bonne tasse de café avec nous ? "

S'adressant à Mary:

"Chère amie, si vous voulez bien donnez ceci à la cuisinière. "

Elle se leva et prit les tasses que lui tendit son époux. Juste après la transmission, il lui fit signe à la dérobée de Holmes de les faire nettoyer vigoureusement. Mary hocha la tête, signifiant qu'elle avait compris (c'est beau le feeling amoureux).

Tandis qu'elle sortait de la pièce, il se tourna vers Holmes avec un sourire sous sa moustache. La présence du détective chez lui signifiait certes la fin de son commerce avec la tranquillité, mais il ne pouvait se cacher à lui-même une forme de joyeuse excitation de revoir ce brillant olibrius ainsi que la perspective de tout ce qui pouvait s'ensuivre. Il lui dit d'un ton enjoué:


"Je vais bien en effet."


Se penchant vers l'avant il regarda son ami en plissant ses yeux de docteur et déclara:

"Je n'en dirai pas autant de vous... Votre mine est épouvantable. Comme d'habitude vous ne vous êtes pas contenté de l'huile de foie de morue pour soigner vos maux de tête... "

Docteur Watson

Messages : 13
Date d'inscription : 16/05/2010

My Skin
Where Am I ?: Historique : XIX : Sherlock Holmes Adventures
&: Home sweet home
Pour RP avec moi:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez Watson

Message par Sherlock Holmes le Jeu 27 Mai - 13:33

Holmes avait immédiatement remarqué l'air interdit de Watson... Et il n'avait pris en rien son expression pour son flegme habituel. Il était ainsi, il notait tout et déchiffrait les expressions des gens. Il avait l'œil du Lynx, ce qui le servait bien souvent dans ses enquêtes. Et là, son œil lui indiquait un mélange de surprise, une pointe de mécontentement ainsi qu'un peu de joie, chez son ami. Il décida de ne garder que la note joyeuse et s'en sentit content. Il fit un petit sourire, ne perdant en rien le manège au sujet des tasses. Il s'abstint de tout commentaire, il savait que son présent avait traîné dans des endroits peu recommandables.

Il continua à manger de la gelée. Ce n'était pas mauvais... Enfin, il fallait considérer dans cette équation le fait que Holmes n'avait rien avalé depuis quatre jours et qu'il aurait trouvé mangeable n'importe quoi. Ce n'était donc en rien indicatif des talents de la cuisinière de la maison. Il leva les yeux au ciel à la réplique de Watson :

- Allons mon cher, pourquoi m'embarrasser l'esprit avec des notions que je ne peux pas comprendre ? Le sentiment amoureux n'est rien d'autre qu'un leurre psychique dont le cerveau se sert pour ne pas avoir à affronter la solitude.

Sherlock Holmes ne comprenait pas l'amour, il n'avait jamais su l'aborder. Son esprit était ainsi fait qu'il triait en permanence ce qu'il trouvait utile de ce qu'il trouvait encombrant. La kyrielle de sentiments humains en faisait partie. Il savait les analyser, il ne poussait pas le vice jusqu'à les ressentir. Surtout pas l'amour...
Il avait bien eu un sentiment approchant pour Mademoiselle Adler, mais cela s'apparentait plus à l'émulation que provoque la compétition qu'autre chose. Elle l'avait mis mainte fois en échec.

Alors que Mary sortait de la pièce et que le détective ne pouvait s'empêcher de penser "farewell", Watson lui confia qu'il allait bien. Holmes releva les yeux de son assiette de gelée pour acquiescer :

- Mais je vois cela mon cher, le mariage vous profite.

Quant à son état de santé :

- Vous savez bien que je ne sais pas m'arrêter quand vous êtes absent et que je suis inactif. J'ai besoin de quelque chose pour réfléchir et je ne trouve rien. Et ces migraines m'ouvrent le crâne en deux. Watson, il me faut une occupation, un otium comme on dit chez les romains, or vous déranger tous les midis ne va nous convenir ni à l'un ni à l'autre.

Sherlock Holmes

Messages : 15
Date d'inscription : 23/04/2010

My Skin
Where Am I ?: Historique : XIX : Sherlock Holmes Adventures
&:
Pour RP avec moi: Free

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez Watson

Message par Docteur Watson le Lun 31 Mai - 16:32

Watson pensa immédiatement que ces derniers temps, les fameuses "occupations" de Holmes relevaient plus de l'opium que de l'otium. Mais si le mot lui vint à l'esprit il n'en pipa rien. En fait il avait mieux à proposer à son ami pour le détourner des drogues que des assauts de bons mots s'apparentant à des chamailleries adolescentes. Il lui dit avec un sourire léger:

Watson : " Sur ce dernier point je vous rejoins. Aussi, j'ai quelque chose qui pourrait peut-être vous détourner de venir troubler mon dessert chaque jour..."

Sur cette phrase sibylline, Watson se leva et alla chercher le Times qui s'étalait sur une table basse. Tout demeurant debout, Watson tourna les pages pendant quelques instants avec un air concentré. Lorsqu'il eu trouvé la page qu'il cherchait il poussa une légère exclamation : " Ah ! " Il replia le journal dessus et le tendit à Holmes en lui disant:

Watson : " Tenez, lisez page 13. L'article intitulé "Vidé de toute substance" "

L'article que Watson voulait que Holmes lût débutait ainsi:

Non il ne s'agit pas du dernier projet de loi de finances du Premier Ministre, mais d'une étrange maladie qui semble sévir dans le quartier de Wickam*. Depuis quatre jours, trois personnes ont été retrouvées mortes dans des conditions pour le moins étranges. Il semble que les corps soient entièrement vidés de leur sang et présentent d'étranges mutilations dont la Police, interrogée à ce sujet n'a rien voulue révéler. La première est femme de ménage travaillant dans une maison de maître à Chelsea. Elle a quitté son service à 8h30 pm pour se rendre chez elle à Wickam. Vivant seule et sans enfant, on ignore si elle est rentrée chez elle, n'ayant été vue par personne depuis lors. Son corps a été retrouvé au petit matin par un métalliste des docks se rendant à son travail.
Plus surprenant, le deuxième corps est celui d'un étudiant en médecine de la faculté de Bergham Hall*. Il étonnant de constater qu'un étudiant en médecine vive dans un quartier comme celui de Wickam, mais on peut y voir la cause de la flambée des prix de l'immobilier causé par l'exode des sujets de sa Gracieuse Majesté vers les villes. Originaire du Wessex, il s'était installé là depuis une semaine avant de trouver la mort dans ces conditions pour le moins mystérieuses. Son cadavre a été retrouvé dans un tas d'ordures par des enfants qui jouaient à cache cache, lui aussi était entièrement vidé de son sang.
Enfin le dernier corps appartenait à un séminariste anglican, aujourd'hui rappelé à Dieu, qui effectuait sa dernière année d'étude avant ses vœux. Lui aussi résidait dans le quartier de Wickam, il travaillait fréquemment à la soupe populaire de Richard Church* (l'église de Wickam ndlr) où sa gentillesse et sa simplicité étaient fort appréciées des paroissiens. Les conditions dans lesquelles le corps a été retrouvé sont plus troubles. Certains affirment qu'il était pendu à une gargouille du presbytère mitoyen de l'église, d'autres disent que son corps était étendu les bras en croix sur le parvis de Richard Church. Des conditions qui, quelles qu'elles fussent en réalité, n'ont pas manqué de provoquer un certain scandale qui est parvenu aux oreilles de nos reporters.
L'inspecteur Lestrade qui a été chargé de mener l'enquête sur place a déclaré que rien ne laissait à penser qu'il put s'agir d'une épidémie et que l'hypothèse d'un retour de la peste à Londres a été qualifiée de "totalement fantaisiste", par le dit enquêteur. La police s'orienterait plutôt vers la présence d'un animal sauvage, comme un loup ou un gros lion échappé d'un zoo qui sévirait dans le quartier. Un appel à témoins a même été lancé pour identifier la bête et son repaire...



*: j'invente totalement je ne connais pas du tout Londres.


Dernière édition par Docteur Watson le Jeu 3 Juin - 15:21, édité 1 fois

Docteur Watson

Messages : 13
Date d'inscription : 16/05/2010

My Skin
Where Am I ?: Historique : XIX : Sherlock Holmes Adventures
&: Home sweet home
Pour RP avec moi:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez Watson

Message par Sherlock Holmes le Mar 1 Juin - 13:38

    Sherlock prit sans hésiter le journal que lui tendait son ami. Il avait évité de le lire, depuis quelques jours, tout simplement parce que ses yeux refusaient de se concentrer sur du texte. Encore un des effets retour de l'abus de cocaïne... Toutefois, aujourd'hui il se portait mieux et put lire sans qu'aussitôt ses migraines reprennent. Le titre lui fit froncer le sourcil, on aurait dit le titre de la une d'un de ces canards peu recommandables, qui faisaient leur beurre sur les racontars et les histoires de fantômes. Mais il s'agissait là d'un article du Times, qui d'ailleurs ne faisait pas la première page. Il parcourut attentivement l'article avant de sourire légèrement. Puis, il prit une mine grave :

    - Voilà qui me plaît Watson. Des corps exsangues, vous rendez-vous compte ?

    Holmes ne connaissait qu'une manière de vider de tout son sang un corps. Lorsqu'il trainait encore, il y a quelques années, à l'école de médecine, pour ses expériences sur l'anatomie humaine, il avait pu le voir de ses propres yeux. Cela n'avait donc rien de mystérieux et il comptait bien le prouver. Pourtant, comme à son habitude, il garda tout ceci pour lui et n'en dit rien au Docteur. Après tout, il aimait mettre ce brave homme à l'épreuve et lui faire marcher les méninges. Lorsqu'ils examineraient les cadavres, Holmes le mettrait sur la voie, mais pas avant. Il savait d'ailleurs déjà où chercher le premier indice qui confirmerait ses soupçons*.

    Mais l'affaire, bien qu'elle eut ce fond de mystère et que bientôt, on s'affolerait au sujet de créatures diverses et variées, l'inquiétait véritablement. Tout simplement parce qu'il y avait un ou plusieurs tueurs en liberté. Il reposa le Times et dit à Watson :


    - Ah, je suis content que ce bon vieux Lestrade ait hérité de l'affaire. Il viendra, soyez-en sûr, bientôt nous éclairer de ses lumières... ou plus certainement, nous quémander les nôtres... enfin, les miennes.

    De ce dernier détail, il était certain, l'inspecteur viendrait bientôt, penaud et sans un seul indice viable, lui demander d'intervenir. D'ailleurs, Sherlock songea qu'il lui faudrait bientôt rentrer chez lui, afin de ne pas rater la visite de Lestrade. Le bougre était capable de prendre une simple absence pour un refus ! Or, point question de refuser, l'affaire allait être très intéressante.
    En attendant, il avait une dernière estocade à porter à son ami. Il se leva, l'air enjoué :


    - Mon cher Watson, voilà une bonne affaire qui se profile à l'horizon. Je vais rentrer à la maison afin d'y attendre le plus fin limier de Scotland Yard. Et puis je n'ose vous déranger plus longtemps, vous avez certainement un tas de patients à voir en ce moment, il y a une recrudescence de goutte. Que voulez-vous, moi je suis occupé à des affaires beaucoup plus basses, comme aller chasser ce mystérieux animal sauvage auquel je ne crois pas...

    Oui, c'était sa façon de demander si Watson souhaitait l'accompagner dans cette nouvelle aventure ou non.

    * Ce qui n'est pas du bluff, mais tout à fait vrai ^^ Merci la première saison de Dexter et ses corps exsangues, ainsi, j'ai une bonne idée de l'affaire derrière le mystère.

Sherlock Holmes

Messages : 15
Date d'inscription : 23/04/2010

My Skin
Where Am I ?: Historique : XIX : Sherlock Holmes Adventures
&:
Pour RP avec moi: Free

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez Watson

Message par Docteur Watson le Jeu 3 Juin - 15:34

Watson leva le sourcil. Bien sûr que cette affaire avait piquée sa curiosité. Pourquoi l'aurait-il montré à Holmes sinon ? Dans cette matière, dès qu'il s'agissait d'une enquête Watson aimait se faire désirer. Il se comportait avec Holmes comme une femme qui a envie de faire l'amour mais qui veut qu'on lui fasse la cour avant de céder. Il fallait donc montrer son désir mais sans trop d"ostentation.
A cet instant Mary revint avec le café et les fameuses tasses. Watson répondit:


Watson : " Les épidémies de goutte et l'inspecteur Lestrade souffriront bien que nous prenions une tasse de café ensemble.
Ensuite, avec votre permission, je vous raccompagnerai chez vous pour que vous puissiez l'attendre. J'en profiterai pour faire mes hommages à Mrs Hudson que je n'ai pas vue depuis plusieurs semaines. "


Après que Mary eut servi, il commença à siroter son café avec un demi sourire.

Docteur Watson

Messages : 13
Date d'inscription : 16/05/2010

My Skin
Where Am I ?: Historique : XIX : Sherlock Holmes Adventures
&: Home sweet home
Pour RP avec moi:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez Watson

Message par Sherlock Holmes le Mar 8 Juin - 13:47

    Dès que Watson lui proposa de le raccompagner jusque chez lui, sous un prétexte absolument pas trompeur, il sut qu'il avait enrôlé son coéquipier de toujours sur cette nouvelle enquête. Il eut été fort désobligeant, d'ailleurs, de se lancer à la poursuite d'un tueur en solitaire, surtout que sans son ami, il n'aurait jamais trouvé de quoi secouer ses neurones délicats.
    Il prit sa tasse de café, le but d'une traite car le temps pressait et reposa le contenant dans la coupelle. Il plissa les yeux dans la direction de Watson, qui ostensiblement, touillait son breuvage. Sherlock se leva, prit sa veste et fit un baise-main à Mary :


    - Ma chère, c'était succulent, comme toujours... Tout du moins, je présume !

    Il lui fit un petit clin d'oeil, bien content de la laisser à ses tricots en tous genres et se dirigea vers la sortie. Il lança, sur un ton à la fois enjoué et impatient, comme à chaque fois qu'il se lançait à corps perdu dans la résolution d'un mystère :

    - Watson, c'est maintenant ou jamais ! Je m'en voudrais que vous ratiez Mrs Hudson, vous qui souhaitez tant lui faire vos hommages. Elle va cueillir des pâquerettes à Brighton Park (NDLR : continuons dans les noms inventés !) à cette heure-ci.

    Et là-dessus, il ouvrit la porte et attendit sur le trottoir londonien.


[Je propose que nous continuions à Baker Street ^^]

Sherlock Holmes

Messages : 15
Date d'inscription : 23/04/2010

My Skin
Where Am I ?: Historique : XIX : Sherlock Holmes Adventures
&:
Pour RP avec moi: Free

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez Watson

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum